Chaque acte de la vie quotidienne est imprégné de ce temps où les créatures ont pris vie.

Le territoire et la vie qui y est liée sont confiés aux bons soins des hommes, à charge pour eux de réactiver par les cérémonies et la peinture, l’énergie psychique qui a été mise dans sa création initiale. Pour que la vie en société soit possible, la Loi leur fut donnée, mode d’emploi du monde, structurant la société et codifiant le rituel.

Les Ancêtres continuent à communiquer avec les humains par les rêves, leur indiquant le chemin à suivre, les choix à faire en particulier dans les situations les plus difficiles. Les Aborigènes initiés possèdent ce « pouvoir onirique » de communiquer avec le Temps du Rêve qui, lorsque les conditions l’exigent, leur permet de recevoir de nouveaux motifs, de nouveaux chants et cérémonies aidant à dépasser les situations conflictuelles ou traumatiques.

Chaque personne, dès lors qu’elle a reçu l’initiation – et par le passé, toutes la recevaient – possède de part son identité clanique, des chants, des danses, et des motifs à peindre. Si elle a la confiance de ses proches, elle peut aussi recevoir en héritage une partie de leur connaissance et de leurs motifs. Il n’est donc pas rare de voir peindre, par un artiste le « Dreaming » de ses père, mère, ou grands parents.

Art aborigène : chants peints ou peinture dansée…

Ces « performances » ont pour objectif de faire revivre les événements mythiques qui sont à l’origine de la vie et ainsi de réinjecter de l’énergie dans le monde profane. Pour l’art aborigène il s’agit de rituels dont beaucoup ont un caractère secret et les motifs picturaux peints, parfois gravés, ont alors pour supports le sol apprêté pour la cérémonie, les rochers du lieu, ou bien le corps des danseurs, ou encore les objet rituels. C’est pourquoi chaque motif de l’art aborigène se réfère à un chant, qui parle d’un ancêtre ou narre la création d’un territoire.

Les oeuvres contemporaines d’art aborigène n’échappent pas à cette règle. Elle sont en quelque sorte des chants peints, qui évoquent une histoire, des personnages ancestraux ou tout simplement le territoire sacré créé par eux, et que l’artiste, de part son identité clanique ou familiale, est habilité à peindre.

Il n’est pas rare que les artistes psalmodient, en peignant, le chant dont ils sont porteurs, et on peut dire aussi que, pour certains, l’instrument à peindre danse sur la toile.

Au commencement de l’art aborigène était le Rêve…

La culture, et donc l’art Aborigène d’Australie est fondée entièrement sur la mémoire de l’origine de la vie à une époque mythique désignée par le mot tjukurpa ou alcheringa (pour ce qui est des langues du désert central) et que les anglophones traduisent par « Dreaming », le Temps du Rêve. Les Aborigènes se réfèrent aux forces qui ont créé le monde, et ces forces, ces entités de vie, ils les tiennent pour leurs Ancêtres.

Il n’est pas pertinent de parler de « l’époque » du Temps du Rêve puisque ce concept désigne une sorte d’espace intemporel à 

Que se passe t-il dans cette époque « intemporelle » ?

Il est dit que les Ancêtres, sortis du sol, cheminent à travers des étendues stériles. Ils voyagent, chassent, installent leur campement, s’aiment, se battent, parfois s’entredévorent et se violent, ressuscitent… et ce faisant, il modèlent le paysage. Entre  chacun de leurs voyages ils dorment et rêvent les aventures et épisodes du lendemain. Ainsi, c’est par leur puissance psychique que, de rêves en actions, ils créent le monde sensible : les éléments naturels, les animaux, les plantes, les étoiles, la lune le soleil… Tout se fait simultanément, chaque élément pouvant muter en un autre. Une plante peut devenir un animal, un animal une forme du paysage et, ce dernier, un homme ou une femme. Les Ancêtres eux-mêmes font partie de ces forces vives. Mais ils ont une partie humaine et en éprouvent les passions. Le monde est Un et toute énergie provient de la même source : le Dreamtime.   
Lorsque l’univers eut pris forme, qu’il fut peuplé des espèces et que les multiples transformations furent accomplies, les Ancêtres, lassés, se retirèrent dans la terre d’où ils étaient sortis mais leur esprit reste une force qui sommeille, disponible pour donner vie aux petits des animaux et des Hommes. 
L’histoire de ces voyages fantastiques est transmis à travers les millénaires par les chants, les cérémonies, les symboles et les motifs à peindre.la fois passé, actuel et futur.

 

Chaque acte de la vie quotidienne est imprégné de ce temps où les créatures ont pris vie.

 

Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.